Les diplômés s'exportent loin

Interview de Stephane Delecroix qui a été Sales and Communication Manager de la Junior Entreprise de l'IAE de Paris et actuellement en poste à Melbourne

- Stéphane tu es tout juste diplômé de l’IAE. Qu’est ce que t’as apporté le MAE ? 

Oui, j’ai fini la formation du MAE en Administration générale des entreprises en juin 2012. Cela m’a permis d’acquérir la vue transversale de l’entreprise qui me manquait. Le MAE c’est aussi de nombreuses rencontres avec des personnes d’horizons professionnels différents : ingénieurs des Arts et Métier ou d’Agronomie, spécialiste du fret pétrolier, entrepreneurs, experts des système d’information… Avec ma formation d’économiste, ces personnes m’ont agrandi mon champs de compréhension des entreprises et surtout ma vision du monde des affaires. 

-Tu travailles maintenant à la Chambre de commerce et d’Industrie Franco-Australienne à Melbourne. Qu’est ce que c’est ? 

Nous sommes une CCI mais à l’international. Nous accompagnons le monde des affaires, principalement français, en Australie. Nous organisons des évènements de networking et des séminaires professionnels. L’année dernière Guillaume Pepy nous a fait le plaisir de participer à Melbourne, à une conférence organisé par la FACCI sur les transports et le TGV en Australie. 

Nous accompagnons aussi les entreprises dans toutes leurs démarches de développement de leur business en Australie : analyse de marché, export, implantation, recherche de partenaires d’affaires, interprétariat… C’est dans ce département que je travaille. Et c’est un plaisir de travailler en Australie : ce pays fait partie de l’OCDE mais a une croissance de BRIC avec un contexte politique extrêmement stable. La qualité de vie est aussi à mettre à son actif : Melbourne est la ville la plus agréable au monde pour vivre, et Sydney 6 selon The Economist. Avec 5,2% de chômage, le salaire moyen est de $45000 et croit chaque année. 
- Tu as l’air de te plaire en Australie. Pourquoi un entrepreneur aurait intérêt à s’investir en Australie ? 

Avec 20 ans de croissance ininterrompue, 3% par an pour les années à venir, une économie stable et avec capacité de financement, une main d’œuvre qualifiée, l’Australie est paradoxalement le pays auquel on ne pense pas pour les affaires. Alors qu’aujourd’hui on découvre les dessous des statistiques brésiliennes par exemple, l’économie australienne est robuste face à la crise mondiale. Ses banques sont dans le top 20 des banques mondiales, l’Ouest Australien et le Queensland connaissent une croissance exponentielle et l’Australie a encore beaucoup à offrir. Les entreprises françaises ne sont pas assez présente même si certaines sont en lice pour des contrats gigantesques comme Véolia ou Total. Nous publions de nombreux documents sur l’économie australienne et ses opportunités d’affaires sur le site de la FACCI : www.facci.com.au